Isolation Thermique

 

Isolation Thermique

 
 

Conductivité Thermique

 

La capacité à isoler d'un matériau s'évalue à partir de sa conductivité thermique, notée par l'indice λ lambda :

- C'est son aptitude propre à conduire la chaleur.

- Plus la conductivité est faible, (soit plus le lambda est petit), plus le matériau est isolant.

On exprime le coefficient de conductivité thermique  en W/m.K (Watt par mètre par Kelvin, un Kelvin étant égal à une variation d'un degré Celsius). Le mètre étant  le rapport entre épaisseur et surface.

 

Résistance Thermique

 

En matière d'isolation, que ce soit en construction ou rénovation, vous devez connaitre la résistance thermique (notée R) de votre matériau, c'est-à-dire sa capacité à résister au froid et au chaud. Plus le R est élevé, plus le produit est isolant, il est exprimé par l'indice m².K/W (Kelvin par Watt). Il se calcule par le rapport de l'épaisseur en mètres sur la conductivité thermique du matériau.

 

Attention, à épaisseur égale, R varie d'un matériau à l'autre. Ainsi, 50 cm de brique, de laine de verre, de liège … n'auront pas un R équivalent. Il est donc important de vérifier quel est le R de chaque matériau en fonction de son épaisseur.

La RT 2005 indique selon la région, l'altitude et les différentes parties de votre habitation, la résistance thermique préconisée ou demandée pour l'obtention d'un crédit d'impôt par exemple en matière d'isolation. Voici ce qui est aujourd'hui requis pour l'obtention du crédit d'impôt :

 

 

 

Crédit d'impôt

Rampants de toiture et plafond de combles, planchers de combles perdues

R=5 m².KW

Murs

R=2,8 m².KW

Planchers bas

R=2,8 m².KW

Toitures-terrasses

R=3 m².KW

 
 

A partir du 1er janvier 2013, la RT 2012, qui concerne les bâtiments neufs, sera appliquée aux bâtiments résidentiels. Le but étant que les bâtiments à basse consommation voient le jour, et que l'environnement soit préservé. Chaque bâtiment neuf ne devra pas consommer plus de 50 KWh/m²/an en moyenne d'énergie. Jusqu'au 1er janvier 2015, vous aurez une tolérance de 7,5 kWhEP/m²/an en plus des 50 kWh/m²/an.

 
Le "déphasage" et le confort d'été
 
Pour bien isoler de la chaleur en période estivale, il convient d'utiliser des isolants à forte capacité thermique (isolants à densité élevée). Ainsi, de nombreux isolants ayant une résistance thermique intéressante (bonne isolation aux températures basses) sont relativement inefficaces aux pics de chaleur. Cette notion fera partie de la nouvelle règlementation de la RT 2012, ce qui n'est pas le cas actuellement.

Zones "sensibles" d'une habitation – Les Ponts Thermiques

 

En matière d'isolation thermique que ce soit en rénovation ou en construction, il est nécessaire de traiter avant tout les parties de l'habitation où les déperditions de chaleur sont les plus importantes : à savoir la toiture ou les combles.
 
 
 

L'isolation peut être en général effectuée soit par l'intérieur soit par l'extérieur.

L'isolation par l'extérieur apporte l'avantage d'éliminer au maximum les ponts thermiques, lesquels entrainent une chute locale de la température et génèrent des zones froides localisées dans l'habitation et une sensation d'inconfort pour les occupants. En effet, un pont thermique désigne des points de la construction où la barrière isolante est rompue pour des raisons de mise en œuvre mal pensée ou un manque de rigueur dans la conception du projet. La chaleur peut donc s'échapper facilement à ces endroits. Ce sont généralement les points de raccord des différentes parties de la construction : liaison entre un plancher bas et un terre-plein, liaison entre un plancher bas et un mur, liaison entre un plancher intermédiaire / un plancher haut, liaison entre 2 murs, menuiserie / systèmes de fixation. Les ponts thermiques sont souvent responsables de problèmes de condensation dans une habitation. Dans certaines constructions, les ponts thermiques peuvent représenter près de 40 % des déperditions totales de chaleur. Il est donc très fortement conseillé d'enrayer ces ponts thermiques plutôt que de poser plusieurs centimètres d'isolant sans les traiter.
 
Le Confort Thermique
 
Il ne faut pas confondre isolation thermique à proprement parler qui consiste à mettre en œuvre plusieurs centimètres d'isolant en vue de gagner plusieurs degrés en consommant moins d'électricité et l'amélioration d'un confort thermique, qui est la sensation perçue d'une température agréable. En effet, il est possible d'éliminer le rayonnement froid venu d'un sol, des murs… parfois par la pose de quelques millimètres d'isolant, ceci concernera la chaleur perçue et donc votre confort de manière subjective mais cela ne vous apportera en aucun cas une augmentation objective de la température dans la pièce.
 

Le Liège et l'Isolation Thermique

 

Les cellules extrêmement fines, souples et remplies d'air (96 %) font du liège un isolant efficace. Imputrescible, il assure une isolation hautement qualitative et durable : le liège ne se tasse pas contrairement à d'autres isolants qui peuvent perdent la moitié de leur efficacité en matière d'isolation thermique en quelques années seulement.
A épaisseur égale, il est l'un des matériaux les plus isolants grâce à son excellent coefficient de conductivité thermique :
 

Liège expansé pur : λ  =  0,040 W/m°K

Liège expansé haute résistance λ  = 0,049 W/m°K

 

Il est également un des matériaux les plus performants au niveau du déphasage thermique du fait de sa densité élevée :

 

- Liège expansé pur : 110 kg / m3

- Liège expansé haute résistance : 160 kg / m3

 

Les autres points forts du liège sont :

 

- Sa réaction au feu : difficilement inflammable contrairement au polystyrène par exemple. Il libère ni produit, ni fumée toxique et dégage uniquement du CO2 tout comme le bois.

 

- Il n'est pas attaqué par les insectes, les rongeurs. Il peut donc être déversé dans les combles en vrac par exemple.

 

- Grande stabilité dimensionnelle : son volume et son aspect restent inchangés au fil des ans, sa garantie de vie est donc illimitée. Il est un des rares isolants 100 % naturel à pouvoir être utilisé pour l'isolation sous chape et pour plancher chauffant.

 

- Imputrescible et perméable à la vapeur d'eau, il est un régulateur hygrothermique naturel. C'est le seul isolant 100 % naturel à pouvoir être utilisé pour les murs de soubassement.

 
 
Les conseils ci-dessous sont donnés à titre indicatif. Seul un professionnel spécialisé peut valider une solution technique définitive propre à votre chantier. Notre société ROSA fournit simplement le matériau isolant et ne peut être tenue pour responsable de votre choix de mise en œuvre.